Le plagiat publicitaire

Sous l’appellation de « plagiat publicitaire » sont recensées l’ensemble des pratiques malhonnêtes par lesquelles un publicitaire réutilise une idée créative préalablement existante et issue de l’imagination de quelqu’un d’autre, sans avoir obtenu au préalable le consentement de cette personne. Malheureusement, le plagiat publicitaire se rencontre souvent : il s’agit d’un des plus grands fléaux de notre ère dans le domaine ! Certains publicitaires sont impitoyables et prêt à tout pour faire du profit, faisant ainsi l’impasse sur leur propre éthique et le respect d’autrui. Choisir le plagiat, c’est choisir la facilité et la rapidité à défaut de la qualité et de l’originalité : ce qui n’est généralement pas très bien vu.

Il est vrai que de nos jours, les créatifs doivent être toujours plus innovants. Étants poussés par le manque de temps ou d’inspiration, de plus en plus d’entre eux s’essayent au plagiat sans forcément en avoir pleine conscience. Mais voilà, s’approprier le contenu de quelqu’un d’autre, même si quelques modifications y ont été apportées n’est moralement pas correct : cela relève de la concurrence déloyale. Ni le fait que l’idée originale ait été produite dans un pays étranger, ni le fait qu’elle at été publiée il y a plusieurs années ne donne le droit à quelqu’un de se l’approprier. Aujourd’hui ce sont pourtant les raisons principales poussant les individus au plagiat.

Il n’est pourtant pas toujours simple d »identifier clairement les cas de plagiat : la frontière entre intention formelle de copier, coïncidence malencontreuse et prise d’inspiration restant relativement mince. Et même si cela est visuellement flagrant, il n’est pas toujours aisé de le prouver.

Bien souvent, la pratique du plagiat renvoi une mauvaise image de la personne qui l’a pratiqué, de l’agence qui l’a promu ainsi que du produit qu’elle vise. La personne ayant pratiqué le plagiat publicitaire ainsi que son agence risquent notamment des poursuites judiciaires pour non respect de la propriété intellectuelle et des droits d’auteur.

Le créateur original ne mérite-t-il pas que son authenticité soit respectée ? Il n’y a rien de plus frustrant que de perdre ce privilège.

Aujourd’hui le plagiat publicitaire est de plus en plus traqué et dénoncé. Le bloggeur Joe La Pompe en à d’ailleurs fait sa vocation, il incarne une sorte de justicier masqué traquant la toile dans le but ultime de démasquer les cas de plagiat publicitaire aux quatre coins du monde. Il commente ensuite ses trouvailles avec toujours beaucoup d’humour et une pointe de cynisme. Son blog se veut également interactif puisqu’il permet à ses lecteurs de juger chaque cas par eux-mêmes, de dire si selon-eux la ressemblance est le fruit d’une coïncidence ou d’une copie intentionnelle. Voici quelques cas, présentés par Jo La Pompe :

  • Quand BMW France copie Audi Swidzerland

 

 

 

 

 

 

 

  • Quand Coca-Cola copie Absolut

 

 

 

 

 

 

 

  • Quand Mc Donald’s copie le magasin de jouet Joupi

 

 

 

 

 

 

 

De nos jours, la créativité est un facteur important dans la réalisation d’une publicité efficace et économique. La prise de risque qu’elle nécessite fait parti du jeu, et le plagiat ne permet pas de l’éviter, bien au contraire.

Pour plus de renseignements concernant le droit d’auteur, je vous invite à consulter cet autre article sur le sujet : Publicité et droits d’auteur : Quel fonctionnement ?

 

Justine Gabet pour juliettefigoureux.com

Partager l'article :

Related Posts

Laisser un commentaire